Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2009 2 15 /09 /septembre /2009 09:12

article réalisé pour le magazine Animalinfos n° 10

Ne jetez pas votre dévolu sur un chat parce que, pour vous, c’est un animal qui n’a pas d’exigences particulières, qu’on n’a pas à sortir trois fois par jour et qui passe son temps à dormir ! Vous adopteriez un chat pour de mauvaises raisons et risqueriez de lui proposer un contexte de vie inadapté a ses besoins : comme le chien, il doit bénéficier de suffisamment de stimulations, de compagnie et d’attention pour s’épanouir.

 

Vous souhaitez adopter un chaton :

Il est important, pour que votre chaton soit bien socialisé, qu’il reste suffisamment avec sa mère et ses frères et sœurs. Aussi, ne prenez pas un animal de moins de 12 semaines. Au contact de sa fratrie, il va acquérir les expériences qui lui permettront de bien vivre en famille (ce qui explique que les chatons adoptés précocement posent souvent des difficultés). La socialisation est également essentielle dans la détermination du niveau d’émotivité de l’animal, à partir duquel s’élaborent les réponses comportementales et en particulier l’agressivité.

 

Vous habitez en appartement :

Ne prenez pas un animal ayant vécu dehors : la frustration de ne plus sortir librement pourrait engendrer divers problèmes de comportement comme la malpropreté ou l’agressivité.

 

Vous vous absentez plusieurs heures par jour :

L’idéal serait d’adopter deux chatons, de la même portée ou non, qui grandiront ensemble et se tiendront compagnie. Car un chaton a besoin de stimulations, et se retrouver seul dans un appartement plus de 6 heures par jour peut avoir des conséquences dramatiques pour son bien-être.

 

Vous adoptez un chat adulte, chez des particuliers ou en association :

Votre nouveau compagnon aura besoin de temps pour se familiariser avec son nouveau foyer et ses nouveaux cohabitants. Selon son caractère, la période d’adaptation sera plus ou moins longue. Ne l'étouffez pas, laissez-le découvrir votre foyer à son rythme. S’il se cache les premiers temps, c’est tout à fait normal. Le mieux est de le laisser sortir seul de son refuge. Gardez à l’esprit que plus vous le presserez, moins il viendra ! Votre respect à son égard et votre patience paieront incontestablement.

 

 

Vous avez trouvé un chat :

Assurez-vous qu’il n’a pas déjà un foyer avant de le ramener chez vous. S’il n’est pas tatoué, il a peut être une puce électronique d’identification. Emmenez-le chez un vétérinaire pour le vérifier. Il pourra, par la même occasion, faire un état des lieux de sa santé. Si vous avez d’autres animaux, ne le mettez pas en contact avec eux tout de suite, il faut d’abord être certain que son état sanitaire ne mettra pas en danger la vie de vos autres chats.

 

b)    L’arrivée sous votre toit : gare au stress…prévoyez son adaptation

L’arrivée d’un nouvel individu n’est pas un spectacle. Inutile donc de convier vos amis ou de préparer une réunion de famille les jours suivant l’arrivée de votre petit protégé.

 

Quel que soit son âge, adopter un chat n’est pas une décision qui se prend à la légère et il faut préparer soigneusement son arrivée. Pas question de le ramener si ses affaires ne sont pas installées ! Il va vivre des changements considérables (séparation d’avec sa mère et sa fratrie si c’est un chaton, perte de ses repères, découverte d’un nouvel espace de vie, cohabitation avec de nouveaux humains et peut être de nouveaux animaux …) alors épargnez-lui l’installation à la va vite de ses affaires. Dans un premier temps, mettez-le dans une pièce au calme avec son bac à litière, ses gamelles (bien éloignées du bac), une couverture ou un panier et quelques jouets. Rendez-lui visite régulièrement mais ne le forcez pas à entrer en contact avec vous : pour qu’il se sente en confiance, il faut le laisser s’approcher à son rythme. Quand il se sera bien habitué à vous et vos proches, vous pourrez lui faire découvrir le reste de son nouvel espace de vie, en vous assurant qu’il aura toujours accès à la litière et aux gamelles.

 

 

c) Il n’est pas le premier : cohabitation

L’introduction d’un nouveau chat dans le foyer est délicate pour tout le monde :

 

-pour l’ancien résident : quel bouleversement que de voir débarquer un congénère (s’il est bien socialisé aux autres chats) ou un étranger (s’il n’a pas vu de chats depuis des années) !

-pour le nouvel arrivant : imaginez le stress qui peut l’envahir lorsqu’il arrive dans un nouvel environnement, avec de nouveaux humains et en plus un autre chat ! Pour éviter trop de nouveautés d’un coup, laissez-lui le temps d’établir un contact avec vous et de prendre connaissance des lieux avant de le mettre en présence de l’autre chat. 

-pour l’humain : la peur que les animaux ne s’entendent pas, se battent et se blessent est bien présente. Prenez soin de bien organiser les premières rencontres en enlevant les objets fragiles de vos étagères et en dégageant le dessous des meubles : si la confrontation est explosive, les chats pourront se réfugier facilement. Laissez les deux protagonistes entrer en contact au moment qu’ils choisissent, sans être collé à eux. Observez-les à distance pour intervenir si l’altercation est sérieuse (roulés-boulés, beaucoup de feulements, course poursuites accompagnées de grondements…). Il faudra du temps pour qu’une relation équilibrée s’installe entre vos chats. Si après plusieurs semaines les chats continuent de se battre très fréquemment, un comportementaliste pourra vous aider à faire un état des lieux de leur relation et vous proposer des aménagements pour réduire les tensions quotidiennes et mettre en place un meilleur équilibre.
 

 


A lire aussi Un chat heureux (partie 2)

 

Amandine ROULET

Comportementaliste pour chats

www.chatvamal.fr

Toute reproduction interdite sans autorisation

Partager cet article

Repost 0
Published by Amandine Roulet - dans En pratique
commenter cet article

commentaires