Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2009 7 20 /09 /septembre /2009 14:37
article réalisé pour le site internet www.vivelesfelins.com

Les personnes souhaitant adopter un chat se tournent préférentiellement vers un jeune (voire un trop jeune !) animal. Peut être parce qu’on entend fréquemment qu’un chaton posera moins de problèmes qu’un adulte. Pourtant un adulte peut tout à fait s’adapter rapidement à sa nouvelle famille et à son nouvel environnement. Certes, il a déjà son caractère mais cela ne veut pas dire qu’il a mauvais caractère ou qu’il sera incapable de s’habituer à de nouvelles règles, à de nouveaux humains. Quelques clés pour une cohabitation réussie.

 

Respecter son caractère

 

Chaque chat a son propre caractère et il est capital de le respecter. Le caractère d’un être vivant, (humain, chien, chat…) est lié à son bagage génétique et aux informations portées par ses gènes, à ses expériences antérieures (chat ayant vécu seul, avec d’autres chats, avec un chien, habitué à sortir …) et aux conditions de vie qu’on lui propose.

Un chat adulte a vécu un certain nombre d’expériences qui expliquent ses comportements, ses rythmes, ses besoins. Changer de lieu de vie et d’humains est un évènement bouleversant. Il faut donc qu’il se sente rapidement en sécurité. Et ce n’est pas en le contraignant que vous établirez un climat de confiance. Laissez-lui un peu de temps pour faire connaissance avec ses nouveaux compagnons et pour explorer son nouveau lieu de vie et s’il veut se cacher, ne le forcez pas à sortir de son abri.

 

Respecter ses phases de repos

 

Quel que soit son âge, le chat a besoin de dormir. Donc pendant les phases de sommeil, il faut le laisser tranquille. Pas de câlins ni de caresses insistantes à ce moment là, il pourrait ne pas être patient très longtemps !
 

Pas de punition

 

Pour vivre en harmonie avec son chat, il est préférable d’éviter d’entrer en conflit avec lui : on peut tout à fait se faire comprendre de son animal sans cris ni gestes violents. En retour, vous éviterez certainement bons nombres de morsures et de griffures.

 

Pour les mêmes raisons, on n’isole pas un animal qui a mordu ou fait des dégâts. Cela n’a pas de sens pour lui. S’il a manifesté de l’agressivité,  s’il a fait pipi en dehors du bac à litière ou s’il a détruit vos meubles à coups de griffes, ce n’est pas de la vengeance, mais plutôt que ce que vous lui proposez ne lui convient pas ou que quelque chose dans vos rapports ne va plus. Essayez de le comprendre et si vous n’y arrivez pas seul, un comportementaliste peut vous aider à y voir plus clair.
 

Aménager son intérieur pour satisfaire ses besoins

 

Accueillir un chat nécessite obligatoirement quelques aménagements de votre habitation. En effet, il va falloir lui réserver un coin pour son bac à litière, un coin pour ses gamelles d’eau et de nourriture, et un coin pour dormir. Mais n’oubliez pas non plus de lui fournir un poste de griffade, sous peine de voir Minet s’attaquer à votre mobilier. Ainsi, si vous souhaitez préservez vos chères enceintes, votre coûteux canapé en cuir ou vos précieux meubles de famille, offrez lui un griffoir intéressant. Pour que le chat s’y attarde, il faut qu’il corresponde à plusieurs critères :

 

-       la matière doit être suffisamment solide pour que les anciennes griffes tombent, mais facilement dégradable pour que les coups de pattes laissent une marque bien visible. Car pour notre petit félin, faire ses griffes est aussi un moyen de communication (dépôt de marques visuelles et chimiques). Vous pouvez donc lui installer un tronc d’arbre, une planche recouverte de tissus, de moquette ou de papier peint, du sisal ...

 

-       il doit être situé à des endroits stratégiques pour le chat : près des lieux de passage (entrée, porte des pièces à vivre…)

 

N’oubliez pas non plus qu’un chat vit dans les 3 dimensions de l’espace. Si vous ne souhaitez pas le laisser escalader vos étagères, fournissez-lui des postes d’observations en hauteur. Vous pouvez par exemple acheter un arbre à chat. Sisal et plateformes recouvertes de fourrure synthétique, sisal et niches en feuilles de bananier tressées, classique ou plus original, vous trouverez à coup sûr l’arbre qui s’intègrera le mieux à votre intérieur et qui comblera votre chat.
 

Rester à l’écoute

 

Minet devient agressif « sans raison » ? Il boude son bac à litière alors qu’il est toujours allé dedans auparavant ? Il est de moins en moins actif et passe de plus en plus de temps à dormir ? Consultez rapidement votre vétérinaire ! Si aucune cause médicale n’explique les changements de comportement de votre chat, il y a sans doute quelque chose à modifier du côté de votre histoire avec lui.

 
 

Décoder correctement ses attitudes

 

Une mauvaise interprétation des postures et des attitudes de notre petit félin conduit bien souvent à une dégradation des relations. Par exemple, on pense à tort que le chat qui vient sur nos genoux veut forcément qu’on le caresse, alors que la plupart du temps il veut juste être en contact avec nous. Et quand il lèche nous les mains, nous interprétons cela comme des encouragements. C’est au contraire sa façon de nous avertir qu’il veut que les caresses prennent fin. Mais bien souvent, au lieu de cesser, nos caresses se font plus insistantes. Et lorsque le chat ne peut plus les tolérer, il mord… et on ne le comprend pas !

Donc, lorsque votre chat remue sur vos genoux, vous lèche et vous mordille légèrement, arrêtez tout, il sature !

 

Subvenir à ses besoins

 

Vous n’êtes pas à l’abri, même s’il ne sort pas, de devoir faire soigner votre animal. Et la facture peut être salée ! En prenant un chat, vous vous engagez donc à lui assurer les soins nécessaires. Cela passe par des visites annuelles chez le vétérinaire, pour ses vaccins par exemple, mais également dans certains cas, par l’achat d’une alimentation spécifique, de médicaments, des radiologies en cas de fracture, d’échographies…

 

Lui consacrer du temps

 

Les chats captifs ont souvent du mal à supporter la solitude et l’isolement lorsque nous nous absentons de longues heures par jour. Il est donc important de veiller à équilibrer les activités de votre compagnon pour éviter l’apparition de comportements dérangeants. Pour qu’il s’occupe pendant vos absences, mettez à sa disposition des jouets. Et en rentrant chez vous, consacrez quelques minutes à jouer avec votre animal.  Cela lui fera le plus grand bien !

 

Article réalisé par Amandine ROULET

Comportementaliste pour chats

www.chatvamal.fr

 

 

Toute reproduction interdite sans autorisation

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Amandine Roulet - dans En pratique
commenter cet article

commentaires